Testimonial 4. Bodily markings

On my way out of the governor’s office, I take a photo of the monument, the subject of my thesis, from a distance, not realizing that the governor’s building is included in the photo. Suddenly, a policeman walks up to me and says “abla” (an expression of respect in Turkish, literally “elder sister”). I’m proud that he calls me abla, I think it’s a good thing, do I finally “look Turkish”? He has a rifle, which he holds firmly in both hands, and my gaze immediately falls on the shiny black metal. He tells me he wants to see my phone, and yes, the governor’s building is in the photo. He looks at me in disgust and orders me to delete the photo immediately, which I do. “Silinen fotolara git“, “go to deleted images”, he tells me, but I don’t understand the word. “Deleted”, “deleted”! The tone of his voice is now deafening.

Continuer la lecture de « Testimonial 4. Bodily markings »

Témoignage 4. Marques corporelles

En sortant du bureau du gouverneur, je prends une photo du monument, objet de ma thèse, de loin, sans me rendre compte que le bâtiment du gouverneur est inclus dans la photo. Tout à coup, un policier s’avance vers moi et dit “abla” (une expression de respect en turc, littéralement “sœur aînée”). Je suis fière du fait qu’il m’appelle abla, je pense que c’est une bonne chose, est-ce que j’ai enfin “l’air turque” ? Il a un fusil qu’il tient fermement à deux mains, mon regard tombe tout de suite sur le métal noir brillant. Il me dit qu’il veut voir mon téléphone et oui, le bâtiment du gouverneur est bien sur la photo. Il me regarde avec dégoût et m’ordonne d’effacer la photo immédiatement, ce que je fais. “Silinen fotolara git“, “va dans les images supprimées”, me dit-il, mais je ne comprends pas le mot. “Effacé”, “supprimé” ! Le ton de sa voix est maintenant très fort.

Continuer la lecture de « Témoignage 4. Marques corporelles »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search