Témoignage 11. Voir les violences sexistes et sexuelles, apprendre à ne pas les dire

Ce texte est le troisième témoignage de la série “Enseigner la pratique de l’enquête de terrain”, tirée d’entretiens effectués avec des encadrant·e·s.

Il n’y avait absolument rien sur le sujet des violences sexistes et sexuelles dans l’enquête quand j’étais doctorante, il y a une trentaine d’années. J’ai fait ma thèse sur Mala*, et on était toute une équipe de doctorants et doctorantes à travailler là-bas et à discuter. Entre nous, on parlait de violences sexistes et sexuelles, parce que cette question est très bien documentée localement. Il y a une grande violence des Malanais envers les femmes. Par contre, il y avait aussi une injonction à ne surtout pas en parler en dehors de ce cercle-là, pour ne pas les dénigrer, parce que “seule la lutte politique compte”.

Continuer la lecture de « Témoignage 11. Voir les violences sexistes et sexuelles, apprendre à ne pas les dire »

Témoignage 10. Encadrer c’est aussi prendre en charge

Ce texte est le quatrième témoignage de la série “Pratiques d’encadrement doctoral et violences sexistes et sexuelles vécues sur le terrain d’enquête”, tirée d’entretiens effectués avec des encadrant·e·s.

Il y a un vrai manque de formation des encadrant·e·s au sujet des violences sexistes et sexuelles dans l’enquête, et sur le rôle à prendre en temps de directeur ou directrice de thèse. Et les doctorant·e·s qui subissent des violences ne sont absolument pas prises en charge. Il devrait y avoir des budgets pour les rapatriements par exemple.

Continuer la lecture de « Témoignage 10. Encadrer c’est aussi prendre en charge »

Témoignage 9. L’enseignement des risques de l’enquête comme transmission subjective d’expériences 


Ce texte est le deuxième témoignage de la série “Enseigner la pratique de l’enquête de terrain”, tirée d’entretiens effectués avec des encadrant·e·s.

C’est un vrai enjeu, qui ne concerne pas que les femmes cis hétéro, évidemment. Il nous revient de reconnaître et de dire que, dans toute enquête de terrain, y compris quand elle n’est pas de nature ethnographique, il y a des risques. Et donc, on fait attention.

Continuer la lecture de « Témoignage 9. L’enseignement des risques de l’enquête comme transmission subjective d’expériences  »

Témoignage 8. “Se foutre à poil”

Ce texte est le troisième témoignage de la série “Pratiques d’encadrement doctoral et violences sexistes et sexuelles vécues sur le terrain d’enquête”, tirée d’entretiens effectués avec des encadrant·e·s.

Je voudrais que les collègues arrivent à comprendre que quand on parle de violences sexuelles qu’on a subies, on se fout à poil devant la personne à qui on en parle . Y compris si la personne a qui l’on en parle semble disposée à recevoir cette parole (ce qui est très loin d’aller de soi).

Continuer la lecture de « Témoignage 8. “Se foutre à poil” »

Témoignage 7. Les chaines de non-transmission


Ce texte est le deuxième témoignage de la série “Pratiques d’encadrement doctoral et violences sexistes et sexuelles vécues sur le terrain d’enquête”, tirée d’entretiens effectués avec des encadrant·e·s.

Ce qui est compliqué, quand bien même on pense qu’il faut soutenir les doctorants et doctorantes victimes de VSS, c’est que parfois on ne sait pas qu’il leur est déjà arrivé quelque chose – quand on les croise ponctuellement dans un colloque, sur un jury de soutenance, dans un comité de thèse, etc. J’ai ainsi fait une expérience malheureuse : je n’ai su qu’a posteriori qu’il était arrivé quelque chose de grave à une doctorante sur son terrain, alors que j’étais en charge d’évaluer son travail. Or non seulement je ne l’ai pas deviné en lisant son travail mais je ne suis pas partie du principe que cela pouvait en être une clé de lecture, alors même que son terrain présentait certaines caractéristiques de risques typiques.  

Continuer la lecture de « Témoignage 7. Les chaines de non-transmission »

Témoignage 6. Les relations d’obligation dans l’enquête

Ce texte est le premier témoignage de la série “Enseigner la pratique de l’enquête de terrain”, tirée d’entretiens effectués avec des encadrant·e·s.

Pour moi, le terrain, ça s’apprend. (…) Je pense qu’on a des outils en sociologie, en ethnologie, qui nous permettent d’être outillés, d’avoir des techniques, que ce soit comment aborder un terrain, comment on préserve des relations humaines tout en conservant de la distance etc. Je pense par contre qu’il y a un vrai déficit de formation aujourd’hui.

Continuer la lecture de « Témoignage 6. Les relations d’obligation dans l’enquête »

Témoignage 5. Se confier à ses directeur·rice·s de thèse

Ce texte est le premier témoignage de la série “Pratiques d’encadrement doctoral et violences sexistes et sexuelles vécues sur le terrain d’enquête”, tirée d’entretiens effectués avec des encadrant·e·s.

C’est pas mal  [pour parler de ces sujets] le comité de thèse. Et je trouve essentiel la socialisation entre doctorantes et doctorants, et entre personnes du laboratoire, parce qu’il y a des choses qu’on ne va peut-être pas dire à sa ou son directeur·rice  de thèse.

Continuer la lecture de « Témoignage 5. Se confier à ses directeur·rice·s de thèse »

Testimonial 4. Bodily markings

On my way out of the governor’s office, I take a photo of the monument, the subject of my thesis, from a distance, not realizing that the governor’s building is included in the photo. Suddenly, a policeman walks up to me and says “abla” (an expression of respect in Turkish, literally “elder sister”). I’m proud that he calls me abla, I think it’s a good thing, do I finally “look Turkish”? He has a rifle, which he holds firmly in both hands, and my gaze immediately falls on the shiny black metal. He tells me he wants to see my phone, and yes, the governor’s building is in the photo. He looks at me in disgust and orders me to delete the photo immediately, which I do. “Silinen fotolara git“, “go to deleted images”, he tells me, but I don’t understand the word. “Deleted”, “deleted”! The tone of his voice is now deafening.

Continuer la lecture de « Testimonial 4. Bodily markings »

Témoignage 4. Marques corporelles

En sortant du bureau du gouverneur, je prends une photo du monument, objet de ma thèse, de loin, sans me rendre compte que le bâtiment du gouverneur est inclus dans la photo. Tout à coup, un policier s’avance vers moi et dit “abla” (une expression de respect en turc, littéralement “sœur aînée”). Je suis fière du fait qu’il m’appelle abla, je pense que c’est une bonne chose, est-ce que j’ai enfin “l’air turque” ? Il a un fusil qu’il tient fermement à deux mains, mon regard tombe tout de suite sur le métal noir brillant. Il me dit qu’il veut voir mon téléphone et oui, le bâtiment du gouverneur est bien sur la photo. Il me regarde avec dégoût et m’ordonne d’effacer la photo immédiatement, ce que je fais. “Silinen fotolara git“, “va dans les images supprimées”, me dit-il, mais je ne comprends pas le mot. “Effacé”, “supprimé” ! Le ton de sa voix est maintenant très fort.

Continuer la lecture de « Témoignage 4. Marques corporelles »

Témoignage 3. Remballer un bouffon

Extrait de carnet de terrain – 11 mai 2022. 

« Pour rentrer au village ce matin, j’ai pris le bus et suis descendue au pont de l’hôpital, puis je suis montée sur la route qui mène au village. La première voiture qui est passée s’est arrêtée pour me prendre en stop. L’homme au volant, seul dans la voiture, me dit qu’il va à un village à côté, du coup je monte avec lui. Au début de la discussion, il me dit : “je n’ai jamais vu une telle beauté au village”. Ça me met sacrément mal à l’aise, je ne réponds pas vraiment. Nous continuons à discuter un peu, je lui demande son prénom, il me dit Pierre, je lui dis enchantée, et il me tend la main. Je le laisse comme ça pendant quelques secondes, assez longues pour qu’il comprenne que je ne comptais pas lui serrer la main.

Continuer la lecture de « Témoignage 3. Remballer un bouffon »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search