Témoignage 3. Remballer un bouffon

Extrait de carnet de terrain – 11 mai 2022. 

« Pour rentrer au village ce matin, j’ai pris le bus et suis descendue au pont de l’hôpital, puis je suis montée sur la route qui mène au village. La première voiture qui est passée s’est arrêtée pour me prendre en stop. L’homme au volant, seul dans la voiture, me dit qu’il va à un village à côté, du coup je monte avec lui. Au début de la discussion, il me dit : “je n’ai jamais vu une telle beauté au village”. Ça me met sacrément mal à l’aise, je ne réponds pas vraiment. Nous continuons à discuter un peu, je lui demande son prénom, il me dit Pierre, je lui dis enchantée, et il me tend la main. Je le laisse comme ça pendant quelques secondes, assez longues pour qu’il comprenne que je ne comptais pas lui serrer la main.

Comme il ne la retire pas, finalement je lui serre la main. Il essaie au passage de l’embrasser, je retire ma main à ce moment. En continuant à discuter, il me dit que je parle bien la langue, il me demande si c’est parce que j’ai de la famille du pays, je lui dis que non. Il me dit un truc genre bravo et met sa main sur ma cuisse. Je lui dis “c’est quoi ça, tu fais quoi là ?”, “tu ne peux pas faire ça, c’est pas parce que je suis montée dans ta voiture que tu peux faire ce que tu veux”. Il essaie de trouver une excuse pourrie, genre “j’ai juste fait ça” en mimant qu’il avait juste tapoté vite fait ma cuisse, une sorte de signe d’encouragement. A priori, j’suis pas teubée, je sais différencier entre un tapotement (par ailleurs, également déplacé) et un vieux mec qui me met sa main sur ma cuisse. Après quelques secondes je lui dis “écoute, dépose moi là, je ne suis pas à l’aise, je pense que toi non plus, je préfère descendre”. Il ne s’arrête d’abord pas. Je lui redis, “vraiment dépose moi, c’est bon là”. Il me répond “comme tu veux” et je descends.

Et en descendant, j’étais si contente et fière d’avoir répondu, de ne pas m’être laissée faire. Petite revanche sur toutes les fois où j’ai rien dit, parce que j’ai pas réussi, j’ai pas osé, j’ai pas trouvé le vocabulaire, et bordel qu’est-ce que ça fait du bien, et qu’est-ce qu’il s’est senti con. Lui qui se sentait tout fier de prendre une jeune fille en stop au milieu de nul part, et qui finit par la faire descendre toujours au milieu de nul part parce que c’est un gros con. Grand seigneur qui repart la queue entre les jambes. Cette fois j’ai réagi. J’ai refusé, j’ai dit que c’était pas acceptable et je suis descendue. J’ai fait entendre ma voix et encore une fois : bordel qu’est-ce que ça fait du bien ! J’ai dû marcher un bout de temps avant qu’une autre voiture me prenne en stop, mais avec le coeur léger. Et c’est aussi avec le coeur léger que j’ai fini le voyage, dans la voiture d’un mec super sympa qui m’a amené jusqu’à la route montant au village  ». 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
BADASSES (12 avril 2023). Témoignage 3. Remballer un bouffon. BADASSES. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lv2n


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search